Boulie Adeline Mugnier
 
Dans mon enfance, j’ai beaucoup entendu dire “ton rêve est trop grand, le sport de haut niveau est beaucoup trop difficile à atteindre”.
 
J’ai surmonté beaucoup d’épreuves tout au long de ma carrière, fait beaucoup de sacrifices, mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai eu la chance de vivre ce rêve à fond et j’en suis fière. Je ne suis peut-être pas championne olympique mais malgré tout, j’ai vécu des moments intenses qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Intégrer le circuit mondial, les étoiles plein les yeux. Vivre la folie des Jeux Olympiques par deux fois mais surtout… Gagner des manches en géant comme en slalom, être championne du monde par équipe, revenir de trois genoux et être dans le TOP 15 mondial. Depuis 2008, des années dédiées à la quête de la performance qui font de ces moments des instants précieux et inoubliables. Une carrière ponctuée par des moments de bonheur, de partage mais aussi des grandes désillusions comme cette matinée du 2 janvier 2019 marquée par une nouvelle rupture du LCA, la quatrième. Celle de trop ?
 
Après ce nouveau coup dur, j’ai souvent entendu “ Tu continues hein ? Il faut ! ”. Je leur réponds aujourd’hui que non, “il ne faut pas” et que pour mon intégrité physique, je dois malheureusement tourner la page. J’ai pourtant essayé, mais au bout de seulement trois jours d’entraînement, mon genou m’a rapidement fait comprendre que je faisais une erreur et qu’il me serait impossible de revenir à 100% de mes capacités. Quand le corps ne suit plus…

Après onze années au sein de la fédération entièrement dédiées au sport de haut niveau, aujourd’hui, il est l’heure pour moi d’annoncer ma retraite sportive.
Évidemment, ce n’était pas vraiment la fin que j’espérais mais nous ne contrôlons pas toujours tout dans la vie. Il faut parfois accepter la réalité des choses et savoir prendre des décisions difficiles à accepter. Le plus important pour moi est de partir sans regrets. J’ai donné le meilleur de moi-même jusqu’à y “laisser ma peau”.
 
Dans cette aventure, j’ai eu la chance de voyager dans les plus belles stations du monde avec des coéquipières qui sont devenues des amies au fil du temps. J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer des personnes extraordinaires. Une expérience humaine tellement enrichissante qu’il serait difficile de remercier tout le monde.
 
Quelle serait cette aventure sans ma famille ? Bien que le ski soit un sport individuel, j’ai l’impression d’avoir vécu cette carrière avec une force unique derrière moi, un soutien indéfectible présent au QUOTIDIEN, derrière chaque portillon, chaque victoire, chaque “défaite”. Sans eux, rien n’aurait été possible. Encore une fois il serait difficile de citer tout le monde mais je pense bien évidemment à mon mari, mes parents et mon frère. Une pensée toute particulière pour pour mon papa qui me suis depuis mes premiers virages. Certains diront que je faisais sa fierté mais en réalité, c’est bien moi qui suis fière d’avoir un papa et une famille comme la mienne. 

“Dans la vie, il faut avoir trois choses : l’humilité de ne pas se sentir supérieur aux autres, le courage d’affronter n’importe quelle situation et la sagesse de se taire face à la stupidité de certaines personnes”. Karine E, je te l’a pique à mon tour et merci pour tout.

Je tiens à remercier ma station, Les Gets, qui m’a toujours soutenu et suivi tout au long de ma carrière ainsi que la Fédération qui me supporte depuis 11 ans. Un grand merci à tous mes partenaires, aux Douanes qui ont toujours cru en moi ainsi qu’à Uvex, Head, Effinov, Komperdell, Rossignol, à la région Auvergne-Rhône-Alpes, Mojocom, JM Baud, le ski club et l’ESF Des Gets. 

Pour terminer, j’ai une pensée spéciale pour toutes les personnes qui ont fait vivre mon Fan club depuis le début et vous tous qui m’avez soutenue sur les réseaux et sur les courses.

MERCI, infiniment et surtout ne renoncez jamais à vos rêves, si grands soient-ils. 
 
À très bientôt sur la route de la vie !

COMMENTAIRES